Propulsé par HelloAsso
top of page

RETEX - Dormir à la (très) fraîche

Dès le premier jour du stage ROC, les jeunes vont passer la nuit en forêt. Comment dormir dehors en pleine hiver ? Pour apprendre à monter un bivouac, cours et tuto sont donnés sur le terrain.

Au cours "bivouac", Arthur, l'un des animateurs, nous explique comment monter un bivouac, sans beaucoup de matériel à disposition. La méthode est très simple et peut se faire les yeux fermés... Ou presque, car il faut savoir (re)faire ses nœuds ! En effet, il faut se souvenir des nombreux nœuds appris juste avant, car quelques uns nous serviront pour pouvoir dormir à l'abri ce soir ! L'enseignement est rapide, le matériel léger et facile à manier, juste de la concentration et de l'écoute pour ne pas faire d'erreur.


En équipe, nous nous dirigeons ensuite à la recherche d'un lieu propice à l'installation du bivouac, entre deux arbres, sur un terrain plat, et bien orienté par rapport au vent si possible. À trois, nous communiquons et nous entraidons lors de l'installation. On rattrape les erreurs des autres, on tend la bâche ensemble, on rigole, et on termine notre installation ! Chacun choisit sa place sous la bâche et installe ses affaires pour ce soir, avant la tombée de la nuit. Il est important d'évoluer en équipe pour créer des liens et que le travail soit bien fait ! Tout est prêt pour ce soir, il ne restera plus qu'à se coucher.


La veillée est terminée, après quelques chants et des discussions, il faut se lever de son banc au coin du feu… La chaleur s'éloigne alors, le vent refroidit les mains et la nuit est bien sombre loin du feu. Chacun regagne son bivouac pour la nuit avec une seule lampe à pétrole par groupe ! La communication doit se faire dans le silence de la nuit pour organiser son couchage. À trois sous la bâche, il faut de la technique pour que la lampe puisse éclairer chacun de nous !


Grâce aux enseignements des encadrants, nous savons comment dormir : dans quelle tenue, dans quelle sens de la bâche… Le temps de se changer l'espace est petit, la lumière est peu présente et le froid est notre ennemi. Mais une fois installé, on peut souffler, se réchauffer, se reposer et attendre que la lumière disparaisse. Une journée bien chargée vient de se terminer à la suite de la veillée, mais la nuit en bivouac commence...


Le vent caresse notre visage et les seuls bruits de la forêt résonnent tout autour de nous avant de s'endormir, dans le stress que peut provoquer cette nouvelle aventure. Mais il faut relativiser : c'est une fin de journée calme et apaisante, sans lumière, sans bruits de voitures, sans odeurs d'usines… Seulement la nature que nous pouvons entendre : craquement du bois, petits pas de chevreuil, vent qui souffle ou hululement du hibou...


Au petit matin, après une merveilleuse nuit au cœur de Brocéliande, nous pouvons observer la rosée ou le gel ; le soleil ou la pluie ; la nuit qui laisse sa place au jour... Peu importe, la nuit était bonne et c'est ce que nous espérions ! Nous l'avons fait, on a dormi dehors, sous une bâche ! Une sorte d'épreuve que nous sommes tous heureux d'avoir réussi, finalement sans difficultés et sans peur ! Pas de petites bêtes, ni de loup-garou pour nous empêcher de vivre ce moment, seulement des stéréotypes...


Vous pouvez retrouver nos interviews d'Arthur, animateur au stage ROC, juste ici



49 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


  • Youtube social icon
  • Instagram social icon
  • LinkedIn social icon
  • Facebook Social Icon
bottom of page